lundi 21 juillet 2014

Ré-écrivez la fin !

Je n’avais pas fait attention tout de suite à ce billet, le titre ne m’avait pas interpellé, mais quand je l’ai finalement lu, j’ai cru que j’allais pleurer.

mamaNANA a sans doute été mon plus grand soutien à l’allaitement, c’est un peu ma Leche League à moi.

J’ai découvert ce site il y a 7 ans. Mademoiselle Z. avait un mois et nous étions invités à un mariage. Je ne voyais pas trop comment m’habiller et je n’avais pas envie d’aller à un mariage en jean/T-shirt sous prétexte que j’allaitais.

J’ai cherché sur Google « robe + allaitement », en étant persuadée que ça ne devait pas exister, et, là, je suis tombée sur mamaNANA.
Non seulement, ils vendaient des robes d’allaitement, mais leurs robes me plaisaient plus que ce que je trouvais habituellement en magasin. Ou, plus exactement, ce que je ne trouvais pas, car mes dernières sorties shoppings, même sans allaiter, s’étaient souvent finies par beaucoup d’énervement et de frustration tellement je ne trouvais rien de mettable !

J’ai hésité avant d’acheter. Je n’avais jamais acheté de vêtements en ligne, sans essayer. Mais je me suis finalement laissée tenter.
Mademoiselle Z. ... qui a volé la vedette à la mariée !
Il faut dire aussi que leur site est extrêmement agréable, clair, bien présenté. On ne se sent pas noyés sous une avalanche d’articles, mal mis en valeur, et tellement nombreux qu’on fini par ne plus avoir envie d’en choisir un seul… Comme c’est le cas sur certains sites de vente en ligne de vêtements ou chaussures.
Il y a un petit mot pour détailler chaque article, ce qui permet de mieux se l’imaginer, et de bons conseils pour choisir sa taille, personnalisés même, les conseils, si on a un doute !

Après cet achat exceptionnel (on n’est pas tout les jours de mariage !), je ne pensais pas forcément retourner vers cette boutique en ligne car je trouvais tout de même les articles un peu chers pour mon budget.

Mais après avoir eu le sentiment d’être habillé comme un sac à patate pendant toute ma première grossesse, et après avoir trop vite interrompu mon premier allaitement faute de soutien approprié, j’étais bien décidé à tout faire pour allaiter mon Petit Prince le plus longtemps possible ET je DEVAIS être présentable pour travailler : les élèves de collège/lycée savent remarquer les fautes vestimentaires impardonnables ! Ah ! Le mythe du prof de Math en chaussettes dans ces sandales…

Être bien habillée... pour pouvoir tirer son lait et travailler !
Sauf que, dans ma garde-robe, il y avait essentiellement des vêtements d’adolescente, adaptés ni pour allaiter, ni pour enseigner. J’ai donc décidé de faire d’une pierre, deux coups : j’ai renouvelé ma garde-robe chez mamaNANA.
Ce n’est pas compliqué, il n’existe pas d’équivalent pour s’habiller correctement quand on allaite, ni en ligne, ni en ville !

Il faut rajouter que, contrairement aux vêtements d’allaitement moches, que l’on trouve dans les grandes enseignes, les articles mamaNANA ne portent pas en sous-titre à peine subliminal « CECI EST UN VÊTEMENT D’ALLAITEMENT ».
On peut donc les porter pendant l’allaitement et aussi longtemps après, ce qui les rentabilise. Certains sont aussi adaptés à la grossesse et/ou permettent de cacher le ventre très glamour que l’on a après avoir accouché (ou en début de grossesse quand on n’a pas encore envie de l’annoncer officiellement mais qu’on a déjà très envie de vomir et qu’on arrive plus à fermer ce p%@#& de jean !)

Se sentir belle pour le réveillon...
même si le ventre est toujours là !
Alors, voilà, en 7 ans, 4 grossesses et environ 57 mois d’allaitement, je n’irais pas jusqu’à dire que je me suis soudain intéressée à la mode mais, j’ai appris à m’habiller, mieux que je ne l’ai jamais été.
Mon corps s’est beaucoup déformé transformé mais je me sens quand même assez bien dedans et c’est surtout grâce à mamaNANA.

J’espère donc très fort que la pancarte accrochée à la porte de ce super magasin en ligne sera seulement « Fermé pour travaux !» et pas « Fermeture définitive ».

dimanche 29 juin 2014

I believe I can FLY...

Non, je n'ai pas abusé de l'Age de Glace 2. Je me suis simplement mise au ménage.
Mais oui ! Vous m'avez bien entendu ! Et ceux qui me connaissent un peu savent que c'est, pour moi, une vraie révolution !

Quand nous avons déménagé d'un petit appart de 50 m2 à une grande/vieille maison de ... beaucoup plus, en fait.
Mes amies, collègues, rencontres d'apéro... me disait quasi invariablement : "oh la la, ma pauvre, le ménage !!!".
Ce à quoi je répondait, tout aussi invariablement : "oh, ça va pas me changer grand chose : je le fais pas." (Je n'ai, curieusement jamais eu cette conversation avec mes amis, sans e)

Et, en effet, futur Super Papa se débrouillait fort convenablement à l'époque. Pour faire bonne mesure, je lavais parfois le sol de la cuisine une fois de temps en temps (plutôt l'été : pieds nus, on se rend plus compte que ça colle). Je faisais les lessives (les faire, hein, pas les étendre) et quand vraiment j'avais des trucs trop passionnants à faire (comme réviser pour les exams), là, je me mettais à ranger.

Puis, un léger vent de panique a soufflé en moi peu de temps après la naissance de Mademoiselle Z. : j'allais devoir reprendre le travail, et donc, me préparer le matin.
J'avais toujours eu du mal à faire ça efficacement, mais là, j'allais devoir me préparer en présence d'un bébé ET préparer un bébé !!!
Et être à l'heure ???
Et puis, on y arrive, on sais pas trop comment mais on n'a pas trop le choix. Et puis, deux enfants, et puis trois, et puis... un jour...

J'ai oublié ma fille.


Non, je ne l'ai pas oublié dans la voiture, ni à la sortie de l'école...
J'ai juste oublié d'aller voir le premier spectacle, digne de ce nom, qu'elle faisait à l'école. Elle avait le rôle principal, connaissait tout par coeur, y compris les répliques des autres personnages et nous le répétait depuis deux semaines, tous les soirs, l'intégrale.
Oui, c'est pas si grave, d'autres parents ont aussi oubliés, et puis, peut-être que je n'y serait pas allé de toute façon car Petit Héro était malade, moi, j'étais enceinte et fatiguée... Mais, le problème, ce n'est pas que je n'y sois pas allé, c'est que J'AI OUBLIÉ MA FILLE !!!

Ma petite fille, mon premier bébé.

J'en ai pleuré.


Et, je me suis dis qu'avec l'arrivée de notre petite quatrième, ça n'allait pas s'arrangeait et qu'il fallait sérieusement faire quelque chose.

J'avais déjà fait des plannings de ménage (auxquels nous nous tenions bien 15 jours !!!), écrit de jolies listes de courses et même investi dans l'excellent Maman organisée d'Emmanuelle Hamet, qui m'avais apporté quelques bons trucs.
J'ai depuis un classeur "SOS Famille-Maison" avec un tas de trucs importants dedans : actes de naissances, timbres, photocopie de la carte d'identité de Super Papa (qui la perd tout le temps...) et autres. J'ai jeté les factures de téléphone d'avant la guerre, et les modes d'emploi d'appareils cassés...

Mais bon, comme s'est gentiment moqué ma mère en apercevant ce livre : "Tiens, comme ça, y'a un truc de plus qui traine."

Et puis, en cherchant un livre qui n'avait rien à voir avec ce sujet, je suis tombée sur ça :


J'ai trouvé ça étrange, que ce livre, dont le résumé faisait un peu "C'est du propre !" soit publié par une maison d'édition plutôt sérieuse, un peu alternative et pas vraiment tape-à-l'oeil.
Ce nom de "Flylady" me disait quelque chose. J'avais entendu parler de groupes de femmes un peu débiles surprenantes qui se lançaient des défis sur internet pour nettoyer un maximum de poignées de portes en 10 minutes... hum.

Continuant à douter, j'ai lu le premier chapitre, disponible gratuitement.

J'ai trouvé le concept de porter des chaussures un peu saugrenu, les témoignages un peu américains gnangnan, les allusions à Dieu... ben, des allusions à Dieu... Je suis plutôt athée, ou pas chrétienne en tout cas. Je veux bien croire qu'il y a des divinités dans les arbres les fleurs et les papillons. Mais les Dieux aux noms desquels les hommes s'entretuent depuis si longtemps, je les aime pas trop. J'ai la foi pourtant : je crois en l'avenir de l'humanité !!!
Mais on peut facilement remplacer ces remarques (si on n'est pas trop copain avec Dieu) par une façon différente de voir la vie : au lieu de râler contre le ménage qui vous attend, rappelez-vous plutôt que vous avez de la chance d'avoir une maison à nettoyer. Si ça ne marche pas, complétez par un petit auto-rappel bref sur la faim dans le monde, les gens qui dorment sous les ponts, le fils du voisin qui est handicapé, la collègue de la compta qui n'arrive pas à avoir d'enfant...

Mais finalement, j'ai nettoyé mon évier, j'ai mis des chaussures, je me suis maquillée... J'avais presque l'air en forme, bien que prête à exploser et ayant mal de partout.

Bref, je me suis mise à la méthode Flylady. Je me suis même inscrite un temps au groupe (français) Fée Volante, et j'ai fini par acheter le livre pour de vrai.

Ce que j'aime dans cette méthode, c'est qu'elle nous dit par où commencer, puis qu'elle nous apprend à établir des routines, tout en nous rappelant qu'on ne va pas arriver à tout faire d'un seul coup, qu'il faut prendre son temps, que c'est normal de régresser parfois, comme les bébés.

Une petite révolution à la fois.

J'ai découvert qu'une routine est vraiment bien établie quand on ne se rappelle même plus de l'avoir fait. (Ou alors j'ai vraiment oublié de débarrasser le lave-vaisselle ???)

J'aime aussi le fait d'écrire toutes ces choses à faire. Ça débarrasse la tête... ça laisse l'esprit un peu plus libre. Et puis ça donne l'impression d'avoir fait quelque chose de sa journée.

On peut s'auto-congratuler : mission accomplie !
Bon, ok, c'est pas Mission Impossible, mais quand même... C'est plutôt rare que quelqu'un vous félicite pour toutes ces choses que vous faites pour votre maison&famille, alors autant le faire vous même !

D'ailleurs, n'hésitez pas à mettre des choses très simples dans vos routines : boire un café, se brosser les dents...
D'abord, vous aurez la satisfaction de cocher la case en vous disant "Ça, c'est fait !", ensuite, ça vous rappellera de penser un peu à vous après avoir préparé-2-biberons-3 tartines-changé-une-couche-géré-les-disputes-du-matin-Non-c'est-pas-le-bon-pied !, être arrivé à l'heure (et en sueur) à l'école/au travail.

Alors voilà :

Non, mon évier ne brille pas tous les soirs...
Mais, quand je le nettoie, j'ai une pensée pour ma grand-mère (dont on se moquait un peu car il fallait essuyer même après avoir bu un verre d'eau). Et je me suis rappelée que mon grand-père passait le balai sous la table après chaque repas.

Et oui, ma vie a changé :


  • J'ai appris à faire les choses petit à petit,
  • j'ai appris qu'on peut faire beaucoup en 15 min,
  • j'ai programmé mon petit logiciel de Rappels pour qu'il me rappelle les choses à faire chaque jour/semaine/mois... chaque fois que je me pose devant mon ordi pour glander en pensant que je n'ai plus rien à faire !
  • j'ai appris à ramasser derrière moi (Oui, ma mère me l'avais déjà dis mais... J'avais surtout retenu que... ce que je faisais n'étais jamais assez bien, jamais assez vite, "Ni fait, ni à faire")
  • j'ai appris qu'il était temps de changer de devise et que "Vite fait, mal fait", c'est mieux que pas fait du tout.
  • Je n'ai pas encore appris à travailler vite (on m'a longtemps dit/fait sentir que j'étais lente alors ça s'est un peu incrusté...), mais je sais que j'y arriverais.

À ce sujet, note pour plus tard : penser à ramasser le linge comme s'il était en train de se mettre à pleuvoir !

Et le meilleur, vous savez quoi ?, c'est que cette méthode : elle déteint !

Bon, il ne faut pas s'y mettre juste pour ça. Ça prend du temps. Mais petit à petit, il est possible que votre attitude déteigne sur votre conjoint et vos enfants.

Cela peut aider de laisser bien en évidence, la longue liste des tâches que VOUS accomplissez chaque jour.


Allez, bon courage à vous et profitez de votre vie !


dimanche 8 juin 2014

Habillé pour l'été... par la cigogne !

Un court article pour vous faire découvrir un petit site sympa pour habiller vos enfants (de 0 à 10 ans). La seule condition c'est de faire un tout petit peu confiance à Little Cigogne. Et, oui, vous n'avez même pas à vous fatiguer à choisir !

Après quelques hésitations, les avis éclairés (et surtout détaillés et positifs) de mes blogueurs préférés Papacube, Till the Cat et Les mamans testent m'ont finalement convaincus.
J'ai donc testé pour Petit Prince, qui étant mon premier garçon et ayant surtout des cousines, n'avait pas grand chose à se mettre sur le dos.

Il existe différentes formules, au mois ou au trimestre, sans aucun engagement, dans trois gammes de prix (selon qu'on souhaite recevoir des vêtements plus ou moins luxueux). Pour plus de détails, voyez les jolis articles, bien illustrés, dont j'ai parlé cinq lignes au-dessus...

Pour Petit Prince, j'ai choisi la formule trimestrielle "Coup de coeur", tarif intermédiaire. Pour 69,99 € (+ 7,95 € de frais de port), j'ai rapidement reçu (en moins de 8 jours) de quoi habiller Petit Prince pour les jours normaux d'été (ceux où il fait chaud et il ne pleut pas), et aussi, un peu plus chic, pour la communion de grande cousine.



L'intérêt de ce site, en plus de vous envoyer de jolis vêtements (et même que la cigogne a laissé tomber une plume pendant la livraison... et, que les enfants en sont tous émerveillés), c'est qu'on les paye beaucoup moins chers ! Youpi ! Pour la box choisie, Little Cigogne m'annonçait 90 € d'économie sur un montant de 150 € minimum. La vérification est facile puisque les étiquettes de prix sont sur les vêtements reçus. Dans mon cas, l'économie réalisé était d'un peu moins de 90 €, mais je reste super satisfaite de ma commande, et Petit Prince aussi. Surtout si je pense à l'économie de temps, puisque je ne me suis déplacée dans aucun magasin, et à l'économie de nerfs, puisque je n'ai pas eu à surveiller mes enfants qui voulez acheter des serre-têtes qui brillent et des tongs spider-man au lieu de choisir des VETEMENTS dans les magasins...

Les vêtements reçus sont, normalement, à votre goût puisque Little Cigogne vous demande votre avis avant la commande. Petit Prince a d'ailleurs eu sa chemise à carreaux (oui, ses copines le trouvent plus beau avec des carreaux qu'avec une chemise blanche...). Mais, si ce n'est pas le cas, vous pouvez renvoyez la box (comme l'a fait Marie) et en recevoir une autre.

En bref, je languis d'avoir à acheter des vêtements pour l'automne à Petit Prince et je regrette presque que Mademoiselle Z. ait des cousines aussi généreuses en vêtements.

mardi 22 avril 2014

Plongée sous maternité


L’impression de couler, le sol qui tangue sous mes pieds.

L’impression de nager à contre courant,
de construire des châteaux de sables rongés par les vagues,
des châteaux de cartes qui s’effondrent au moindre de souffle.

Trop fatiguée pour être en colère.
Des larmes et l’impression de me noyer.
Coupable d’être fatiguée. Coupable de ne pas y arriver.

L’envie de lutter écrasée par ce lourd manteau de fatigue.

Cette fatigue qui me rend indisponible.
Indisponible au rire, au sourire, aux jeux. Indisponibles à mes enfants.

Cette fatigue qui abîme l’amour que je veux donner.
Cette mère qui crie sur mes enfants.

Cette fatigue que je voudrais tuer.


mardi 1 avril 2014

Petit miracle...

J’ai rêvé cette nuit que j’étais enceinte du petit cinquième. Je m’en rendais compte à cinq ou six mois de grossesse. Il s’était caché, tout en haut du ventre, couché sous mes côtes.
J’aurais dû être angoissée, stressée, par cette découverte. Mais, curieusement, j’éprouvais une toute autre sensation. Comme de la joie, du bonheur, à l’idée que j’allais faire encore un tout petit miracle.

C’est sans doute ce qui sera le plus dur  dans l’idée de ne plus avoir d’enfant : renoncer à ce petit miracle.

On fait des enfants pour toutes sortes de raisons, des bonnes (?), des mauvaises, sans raison parfois. Parce qu’on se sent prêt, parce qu’on ne le sera jamais…
Moi, je crois que j’ai été tellement étonnée d’avoir pu faire ça, fabriquer une vie, à partir de presque rien…

Toutes mes connaissances scientifiques sur le développement de l’embryon, les chromosomes, l’ADN, les mitochondries qui viennent seulement de la mère… ne sont rien face à ce miracle.
Un peu comme une éclipse totale de soleil : on a beau savoir… C’est tout de même étrange, ça nous dépasse, à tout point de vue.

Cette sensation, cet étonnement, cette impossibilité à croire que c’est réel, jusqu’à la dernière minute. Jusqu’à ce qu’il soit là, ce petit miracle, jusqu’à ce qu’il soit né.
Bébé, si petit, si fragile et si vivant.

J’ai réussi quatre miracles. J’en ai raté un qui aurait pu naître un 14 février. Dans ce cas, je n’aurais pas connu Petit Héro. Alors, pour rien au monde, je ne voudrais revenir en arrière. Aucun regret. Le souvenir des souffrances, des tristesses, des attentes, s’est envolé.


C’est peut-être pour ça que c’est si dur de renoncer à ce petit miracle.

mardi 18 mars 2014

Accouchement à la maison : les détails techniques

Petite Tortue a déjà 6 mois, et il me semble que je voulais vous parler du pourquoi et du comment de cet accouchement.
Je vais commencer par le plus facile : le côté technique et organisation. La partie "raisons et sentiments" viendra plus tard.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne recommande à personne d'accoucher à domicile sans l'assistance d'une sage-femme compétente.
Le choix que j'ai fait, avec le soutien de Super Papa, a été longuement réfléchi... mais comme je l'ai déjà dit, je vous raconterai tout ça plus tard.

Quand j'ai commencé à penser à accoucher à la maison sans sage-femme (ce qui s'appelle aussi un "ANA" pour Accouchement Non Assisté), j'ai commencé à me demander comment s'y prendre en pratique.

Ayant déjà accouché à la maison avecl'assistance de deux super sages-femmes, j'avais une petite idée du matériel nécessaire, mais j'aurais bien aimé trouver le témoignage et l'expérience d'autres personnes. Malheureusement, cette fois-ci, Google m'a fait défaut...
On trouve des témoignages d'ANA : ils contiennent tous la partie "raisons et sentiments" (qui ne m'intéresse pas trop : j'ai déjà les miens) et pas du tout la partie technique.

En dehors des ANA volontaires, j'ai réalisé en regardant l'émission Les Maternelles – Accouchement : il est arrivé trop vite ! diffusée le 12/11/2013 qu'il existe un bon nombre d'accouchements inopinés ou de mamans craignant d'accoucher trop vite, et que quelques conseils pratiques peuvent être utiles dans ces cas là, ou au moins rassurer.

Pensant que le jour J, je serais un peu trop occupé pour penser et que Super Papa ne retient pas longtemps ce que je lui dit, j'avais prévu un petit cahier.


La première partie était consacré au suivi de l'accouchement : début du travail, rupture de la poche des eaux, poussée... Super Papa avait pour mission de noter l'heure de ces différents évènements pour envisager éventuellement de partir à la maternité si tout ne se passait pas "normalement".
La deuxième partie était uniquement un petit rappel logistique : affaires à mettre dans la voiture en cas de départ, que faire des enfants...

Voilà donc, en fonction de mes connaissances et expériences précédentes ce que j'avais prévu :

  • Travail : compter les heures et contrôler le rythme du bébé régulièrement...
Nous avons écouté le coeur du bébé à plusieurs reprises, à l'aide d'un petit Doppler foetal. La fréquence cardiaque d'un bébé en bonne santé varie aux environs de 120 à 150 battements/minute, même s'il est normal que le rythme diminue pendant la contraction.
Attention : s'entraîner à écouter le coeur avant le jour J sinon risque de panique inutile !

  • Rupture de la poche des eaux : compter les heures et partir si nécessaire...
Après rupture, une infection devient possible, la plupart des maternités administrent des antibiotiques si l'accouchement n'a toujours pas eu lieu entre 12 et 18 heures après ruptures des membranes.

  • Poussée : compter les minutes et partir si nécessaire...
J'avais souvenir qu'il fallait sérieusement s'inquiéter s'il ne se passait rien au bout de 20 à 30 minutes d'efforts. J'avais donc prévu de partir à la maternité s'il ne semblait y avoir aucune évolution après 20 minutes.

  • Naissance : noter l'heure précise !!!
Au moment de la naissance, il faut vérifier très rapidement la couleur du bébé, s'il respire, s'il bouge... Cet ensemble de paramètres constitue le Score d'Apgar.



Il est de 10 lorsque tout va bien, en dessous de 7 l'enfant nécessite une réanimation et des soins urgents.

J'ai eu une angoisse de quelques secondes à l'arrivée de notre Petite Tortue qui ne bougeait pas et ne criait pas... puisqu'elle dormait !!!

Mais l'air frais du monde extérieur et la délicatesse de sa mère ont eu vite fait de la réveiller !!!

  • Après la naissance :
*   Pour le bébé : le sécher et le garder bien au chaud, de préférence en peau à peau avec sa maman. Essayer de le faire téter.

*     Pour la maman : prendre une alèse propre et surveiller les saignements.

   Jusqu'à 500 mL, les saignements sont considérés comme normaux. Au-delà, il faut commencer à s'inquiéter. Si vous n'avez aucune idée de ce que ça représente, vous pouvez vous entraîner avant : verser ½ L de sirop de grenadine sur une alèse... ou peser rapidement l'alaise. Pour ma part je n'ai fait aucun des deux, je me suis juste fié à mes expériences précédentes.

*  Pour le cordon : j'avais prévu un petit kit pour couper le cordon, à désinfecter quelques minutes avant l'expulsion au cas ou il faudrait couper en urgence un cordon enroulé autour du cou.



S'il n'y a pas d'urgence, on peut attendre tranquillement que le cordon cesse de battre avant de le clamper (= pincer très fort pour empêcher le sang de circuler) et de le couper. Le cordon continue ainsi d'alimenter le nouveau-né en oxygène jusqu'à ce que la respiration aérienne soit bien installée. Selon l'OMS : "le clampage tardif (voire l'absence de clampage) est le moyen physiologique de traiter le cordon, et le clampage précoce est une intervention qui nécessite une justification."

J'ai utilisé les clips qui servent à fermer les sachets de pots Avent. Sinon, on peut commander des clamp de bar ici par exemple.

Si l’accouchement n’était pas supposé se produire à la maison, pas de panique : un bout de ficelle ou une pince bien désinfectée peuvent très bien servir à clamper le cordon, ou, ne faites rien, et attendez patiemment l’arrivée des secours.
En général, un accouchement qui se passe « trop » vite est un accouchement qui s’est bien passé d’un point de vue médical (pour le choc émotionnel, c’est une autre histoire…).

  • Délivrance :
Si le placenta n'est toujours pas sorti 20 à 30 minutes après la naissance, essayer de l'aider : se lever, pousser...
Vérifier ensuite qu'il est bien entier : le côté bébé ressemble un peu à une feuille de lotus (la plante, pas le papier toilette !). Mon ami G. vous fournira de ravissantes photos :-)

Une fois toutes les urgences vitales passées, pensez à peser votre bébé et à vérifier sa température.

Voilà, je crois qu’on a fait le tour de l’essentiel. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous remettre de vos émotions. Buvez, mangez, dormez, restez collée à votre bébé… à volonté !

Enfin, il reste une petite formalité : déclarer la naissance de votre enfant. Même si la loi ne l’exige pas, la mairie de votre commune n’acceptera probablement pas de vous délivrer un certificat de naissance sans une attestation médicale. Il faudra donc vous déplacer chez votre médecin, ou lui demander gentiment de venir à domicile, pour qu’il atteste qu’un bébé, de sexe …, est bien né ce jour.
Il en profitera sans doute pour le repeser, le mesurer et l’examiner.

Vous n’avez plus qu’à envoyer Super Papa à la mairie avec votre attestation et votre livret de famille (si vous en avez un). En théorie, le carnet de santé de l’enfant doit vous être fourni en même temps que le certificat de naissance, mais, en pratique, les petites mairies n’en ont pas. La PMI de votre secteur pourra, sans doute, vous en fournir un.


Ça y est. Tout va bien. Vous pouvez enfin profiter sereinement de votre enfant… et de vos nuits blanches !