mardi 22 avril 2014

Plongée sous maternité


L’impression de couler, le sol qui tangue sous mes pieds.

L’impression de nager à contre courant,
de construire des châteaux de sables rongés par les vagues,
des châteaux de cartes qui s’effondrent au moindre de souffle.

Trop fatiguée pour être en colère.
Des larmes et l’impression de me noyer.
Coupable d’être fatiguée. Coupable de ne pas y arriver.

L’envie de lutter écrasée par ce lourd manteau de fatigue.

Cette fatigue qui me rend indisponible.
Indisponible au rire, au sourire, aux jeux. Indisponibles à mes enfants.

Cette fatigue qui abîme l’amour que je veux donner.
Cette mère qui crie sur mes enfants.

Cette fatigue que je voudrais tuer.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire