dimanche 18 octobre 2015

Décalage intérieur

À 7 ans, j'étais plus à l'aise pour parler aux adultes que je connaissais, qu'aux enfants de mon âge.
À 14 ans, j'avais toujours le sentiment d'avoir 7 ans mais les garçons m'en donnaient 18... léger malaise, ou, en y repensant, carrément envie de vomir.
À 17 ans, j'ai rencontré l'homme de ma vie, qui m'a aimée telle que j'étais, qui m'a totalement acceptée, un peu trop peut-être. J'aurais bien aimé que quelqu'un me dise stop, pour ne pas avoir à être responsable, pour ne pas regretter mes choix.
À 27 ans, j'ai commencé à avoir des enfants sans avoir jamais eu l'impression d'être adulte.
À 30 ans, j'ai commencé à respirer : ça faisait 15 ans que j'attendais ça !

Petit à petit, malgré la fatigue physique, les moments d'épuisement psychique, mes enfants m'ont transformée, fait grandir, ils m'ont permis de devenir moi-même, de me sentir libre. Grâce à mes enfants, j'ai fait les choix les plus beaux et les plus importants de ma vie :
  • Accoucher à la maison m'a donné le sentiment d'avoir vaincu toute une armée et gagné la guerre, toute seule. Warrior. Si je pouvais, je vous dessinerais ce rêve : une guerrière surplombant une vallée sombre, remplie d'une armée de milliers de soldats, tous en noir. C'était l'heure du combat. Je savais que j'étais prête. Je me rappelle encore de ce sentiment, 8 ans après.

  • Allaiter et travailler, ça n'a pas toujours était facile, surtout au début, les affaires à transporter, la peur de manquer de lait, le stress du timing et du lieu pour arriver à tirer son lait. Mais au bout de quelques mois, quand je me suis rendue compte que j'étais capable de faire tout ça en même temps (avec l'aide de Mamanana), j'avais juste l'impression d'être Wonder Woman. Je ne me suis jamais sentie aussi fière, aussi libre et autant moi-même qu'après ça.


Maintenant, j'ai 35 ans et un nouveau corps à apprivoiser. Un corps qui me fait complexer, et en même temps, pas si mal pour une maman qui a eu quatre enfants. Un corps d'adulte, de femme. Il va falloir que je m'y habitue. Même s'il m'arrive encore souvent d'être à côté de la plaque dans les conversations avec les gens de mon âge, peut-être que l'intérieur et l'extérieur de moi-même finiront par être en harmonie.

Une nouvelle révolution intérieure a commencée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire